Luke Cage • La critique pas comme les autres de la saison 1 avec SPOIL

dans Avis et critiques par

Les super héros Marvel ont le vent en poupe depuis plusieurs années. Et bien que la franchise permet de créer un tas d’œuvre dans son univers, il est difficile pour certains d’adhérer à une trame scénaristique souvent d’un niveau cm2. Heureusement, Daredevil fut une belle surprise qui permit à Jessica Jones et à Luke Cage de voir le jour. Et c’est de la première saison de Luke Cage dont je vais vous parler dans cette critique. Attendez-vous à du spoil.

Les critiques sur series.news ne sont pas celles que vous retrouverez sur les autres sites. Ici, quand on a quelque chose à dire sur une série, on le dit, quit à ne pas faire plaisir aux fans. Luke Cage confirmera cette règle. Même si la série est de bonne facture, voyons ensemble ses points faibles.

Ah, Avant toute chose que la fidélité à l’œuvre soit respectée m’est égale. Lorsque je critique une série, je critique ce que je vois ou perçois en toute subjectivité.

Luke Cage, une victime consentante

Tombé en prison malgré lui, très rapidement abusé par un des gardiens de la prison; Luke Cage, malgré sa masse musculaire, a tout d’une victime. Pour le prendre au piège, il suffira de le faire chanter en le menaçant de buter son pote de prison… Ce qui l’engagera dans des combats organisés clandestinement, pour finir par servir de cobaye, expérience qui le fera devenir, l’humain le plus fort sur terre.

A l’instar d’autres super héros comme Daredevil, il présente toutes les caractéristiques du héros malgré lui. Le choix de Mike Colter pour incarner Luke est judicieux et l’on peut dire que malgré un script assez faible, il a le mérite de véritablement porter la série. Son jeu est juste, sans fioriture et permet très vite de comprendre que les traumatismes subits en prison sont toujours présents et que le super héros est en devenir.

Des longueurs avec Cottonmouth et sa soeur

Tout repose sur l’avènement de Luke Cage en super héros… Et cela se sent ! Les innombrables scènes entre le méchant Cottonmouth et sa « sœur » Black Mariah, nous font très rapidement comprendre qu’il faut meubler. Les premiers épisodes s’enchainent dans le bon et le moins bon. Pour donner une atmosphère « hype music from Harlem », nous retrouvons souvent Cottonmouth à son étage VIP contempler les multiples guest musicaux qui s’enchainent sur le podium de la salle. La musique est bonne, certes ! Mais c’est long… Et bien que l’on en apprend plus sur Cottonmouth au fur et à mesure des épisodes, sa transition de gentil pianiste à star mafieuse locale est assez mal amenée, ce qui au final, ne lui donne pas plus d’épaisseur que cela à l’inverse d’un Fink de Daredevil.

Un acolyte méchant avec le charisme d’un webmaster de province

Peu à peu, suite aux déboires de Cottonmouth, un personnage prend de plus en plus de place : Shades, un voyou de la pègre locale. De plus, il est aussi l’un des prisonniers qui lyncha Luke Cage en prison. Theo Rossi que l’on a pu voir dans Sons of Anarchy dans le rôle de Juice incarne Shades… Mais, son coté froid à lunettes noires m’impressionne autant que mon petit neveu à qui je prête mes lunettes de soleil… Amusant, mais un peu trop grandes pour lui. Theo Rossi malgré ses qualités indéniables d’acteur ne colle (pour ma part) pas du tout au personnage de Shades et du coup, tout le coté des méchants baisse en intensité, alors que l’ajout d’un tel personnage aurait dû donner plus de masse et de complexités aux enjeux.

La groupie des super héros

Pour faire un véritable parallèle entre les séries Daredevil et Luke Cage, un personnage récurrent fait son apparition du coté du super héros d’Harlem : l’infirmière Claire Temple incarnée par la jolie Rosario Dawson. Dans Daredevil, Claire prend soin de rafistoler Matt Murdock et au passage de fêter ça dans une relation torride. Du coup, on se dit, tiens ! Son personnage est intéressant, une infirmière est aussi une super héroïne et sa relation avec Daredevil laisse la place à plus d’envergure scénaristique. Et bien non ! Claire disparait peu à peu de Daredevil pour mieux réapparaitre dans Luke Cage, pour le rafistoler et plus si affinités… Ouais… C’est ce qu’on appelle une femme dévouée

Ton frère, tu te souviens ?

CottonMouth se fait buter par sa soeur après une dispute. La femme politique, toujours épargnée de se salir les main, fini par massacrer son frangin à coups de pied de micro… What !? Et ceci afin de faire entrer en scène, le gros méchant alias le demi frère de Luke Cage, qui avec l’appui d’une technologie extra-terrestre, parvient à se faire fabriquer une armure pour foutre une rouste au héros. Leur papa préférait Luke à lui, du coup il faut le tuer, hein…

Des transitions alambiquées

Alors, bien sûr, je ne parle que des points faibles me direz-vous ! Vous avez raison ! La série est tout de même sympathique à suivre et l’on attend avec impatience que Misty prenne plus la mesure de ses pouvoirs à la « profiler ». Je ne parlerais que très peu de Pop et de la place (trop) énorme qu’il prend dans le cœur des personnages, sorte de référence locale, ancien bad boy devenu pasteur/barbier.

L’atmosphère générale de Luke Cage est bonne, la bande son est fameuse. Ce Harlem fantasmé est assez présent et l’on peut voir que la place que Hell’s Kitchen prend dans Daredevil, l’est aussi bien pour Harlem dans ce Luke Cage. Pour autant, la série manque sérieusement de rythme, les twists scénaristiques sont faibles en intensité et amenés maladroitement. Les méchants manquent de volume. Fort heureusement, Mike Colter se révèle être l’acteur qu’il fallait pour incarner ce premier super héros noir américain. Et il justifie à lui seul de mater la saison 2, en espérant que le scenar gonfle en muscles… Mais c’est un Marvel me direz-vous (dixit un fan absolu des Strange, Titan et Spidey).

 

Aperçu
Date
Titre
Luke Cage saison 1
Note de series.news
21star1stargraygraygray
En relation:

Laisser un commentaire