The Walking Dead VS The Path : deux histoires de gourous

dans Analyses par

Le rapprochement entre The Walking Dead et The Path peut sembler être une gymnastique neuronale peu évidente. Pourtant, après avoir visionné toutes les saisons des deux séries, m’est venu une idée d’article un peu spécial : Un duel de Gourous… Enfin un duel…  Il s’agit plus de mettre en exergue un point qui me sauta aux yeux lorsque je terminais la saison 2 de The Path, (une très bonne série par ailleurs). Bien entendu, cet article contient tous les spoils, vous êtes dorénavant prévenus si vous continuez la lecture. 

On dénonce la société moderne en commençant avec The Walking Dead

Les histoires de zombies sont basées sur une vision noire du monde moderne.

George Romero, l’une des références absolues en matière de film de zombies (zombie, La nuit des morts-vivants) disait dans une interview :

…les zombies sont pour moi une façon de parler de problèmes qui me préoccupent et que j’ai tenté d’aborder dans chacun des films de la série, le plus gros et celui revenant dans chacun d’entre eux étant cette malheureuse habitude qu’ont les gens de se contenter de ce qu’on leur propose.

C’est ainsi que l’ami George dénonce au travers de ses films la société de consommation, l’hébétude, l’idiocratie. Ce postulat de base a depuis inspiré tous les films de zombies. Un homme, une femme, un groupe se détache du peuple de par leur particularité physique ou mentale. Ils représentent une frange de la population dite éveillée ou chanceuse. Quoi qu’il en soit, cela parle de survivance dans un monde devenu fou mais surtout dangereux. Et dans The Walking Dead, ces mêmes groupes de survivants vont s’entrechoquer, se tirailler avec toujours cette envie de convaincre ou de dominer. Et toujours un chef avec un ego démesuré se détache. La particularité du chef au-delà de sa mégalomanie est représentée par une codification précise et inhabituelle des règles de vie au sein de leur société respective. Vous voyez ce que je veux dire ? 

Rick, un gourou malgré lui

Rick Grimes dans The Walking Dead est un flic qui par la force des choses va devoir prendre l’avenir d’un groupe en main. Au fur et à mesure des saisons, son rôle de protecteur va peu à peu se muer en guide spirituel au sens large. Ce n’est pas tant la spiritualité teintée de religion qui forge son leadership mais plutôt sa capacité à prendre en main un groupe de personnes par le biais du paternalisme. Rick a raison car il est le plus à même de protéger les membres. Pourquoi ? Parce qu’il est un ancien flic ? Parce qu’il a été chef scout durant son adolescence ? On ne répond jamais vraiment à la question dans la série… Enfin, il y a quand même un moment où l’on sacralise son rôle de meneur….

Explication

Rappelez-vous dans la prison : Rick perd alors sa femme Lorie et devient pour ainsi dire fou. Cette étape paranoïaque teintée de bouffées hallucinatoires ne fera que renforcer sa position de leader lorsqu’il reviendra à lui. « L’élu » fait son retour d’un chemin de croix mystique avec l’appui du membre du groupe représentant la spiritualité : Herschel, personnage alors le plus pieu de la série, il est la caution religieuse. La suite vous la connaissez.

 

Maintenant, nous allons faire ensemble un exercice facile

Prenez Rick Grimes, enlevez ses armes, redonnez vie aux zombies, quel est le résultat ?

Allons plus loin, prenez aussi le gouverneur, Negan, Ezechiel, Jadis, les wolfs, les habitants de Terminus, l’hôpital, que trouve-t-on à chaque fois ? Des groupes ayant créé des sociétés avec des règles totalement différentes mais ne reposant sur aucun principe démocratique. Un essai de politique proche du monde d’avant avait été tenté par Deanna, l’une des fondatrices du refuge d’Alexandria, mais Rick pris vite le contrôle de sa communauté… Je parle de communautés fragmentées avec des membres acquis totalement à la cause des chefs (même si ils sont à moitié barges). C’est évidemment une critique de la politique mondiale et du sens donné à la vie sur terre. Ce qui demeurait avant n’est plus possible.

Cela ne vous rappelle rien ?

Passons maintenant à The Path

Si vous n’avez pas vu la série et que vous êtes tenté de la mater, je vous propose tout simplement de revenir lorsque cela sera fait car je spoile totalement celle-ci.

The Path est une série traitant de l’extraction d’un des membres (joué par l’excellent Aaron Paul de Breaking Bad) d’une secte après plus de 20 ans passés au sein de sa communauté. Le mystique, contrairement à The Walking Dead est le pilier majeur de la communauté, nous pouvons alors parler de secte au sens propre. Dans cette secte nommée mouvement Meyeriste, il existe des échelons à gravir, ceux-ci sont extrêmement codifiés et écrit par le chef de la secte en ermitage au Pérou. Le but est de comprendre et de ne faire qu’un avec « la lumière ». Bref, je ne rentre pas dans les détails vous aurez compris que le WTF rime parfaitement avec cette spiritualité mais peu importe… C’est une société avec des règles différentes.

Eddie Lane a des doutes et veut se barrer

Eddie Lane interprété par Aaron Paul a des doutes. Lors d’un stage au Pérou saupoudré de drogues sensées permettre l’éveil, il est pris d’hallucination (ou pas) remettant en cause tout le fondement de la secte, à savoir que son chef est mourant. De là, s’en suivent des questionnements sur sa vie, sur son envie de s’extraire de tout cela au risque de quitter sa famille. Que tout ceci est un ramassis de conneries…. Jusqu’ici rien de ouf… Sauf que…

La même sacralisation pour Eddie Lane…

Suite à des péripéties plus terre à terre, Eddie part au Pérou pour connaitre des réponses plus factuelles et va à la rencontre du gourou de la secte véritablement mourant et qui lui dit alors que son successeur légitime c’est lui. Et là le mysticisme envahit la série à son détriment. Le gourou est alors frappé par la foudre et Eddie en subit également les dégâts avec une énorme marque indélébile sur une cote, il est marqué par « la lumière ». Je viens de finir la saison 2 et dans celle-ci il indique qu’il ne comprend pas cette étrange marque, que les médecins l’ont examinée et qu’elle n’est pas dangereuse. C’est important de le noter (à voir si cela va évoluer dans la prochaine saison car la contradiction n’est plus possible). Quoi qu’il en soit des membres éminents de la secte le reconnaissent comme le nouveau guide et Eddie revient alors avec des personnes bannis ou rejetées par la secte afin de revoir totalement les règles de vie et surtout sa spiritualité.

Eddie Lane est un homme bien avec des valeurs…

Le point de vue des scénaristes est intéressant car Eddie n’a quasiment plus rien d’un mystique mais sa propension à vouloir maintenir une cohérence familiale le pousse vers un retour au sein de la secte, voulant reprendre le pouvoir et déchoir l’usurpateur qui se fait passer pour l’héritier. Il est donc totalement justifié à nos yeux de spectateurs.

Tout comme Rick et pour appuyer son statut, Eddie vit une expérience transcendantale qui l’installe définitivement comme possesseur de LA vérité et donc comme guide légitime. Rick passe par la folie, Eddie passe par l’éveil mais peu importe, il s’agit d’un basculement psychologique qui agit comme une sorte de renaissance au sein du groupe…

Je conclus mon périlleux exercice

Ces scenarii suivent les 12 étapes du voyage du héros de Campbell. Ce livre sert de guide à de nombreux scénaristes américains (beaucoup). Pour cet article sur ces deux séries ce sont les points 2, 3, 4 et 11 qui sont mis en exergue :

  • 2. L’appel à l’aventure
  • 3. Le héros a peur ou est réticent
  • 4. Le héros est encouragé par un mentor
  • 11. Le héros revient transformé

Cependant à contrario d’un Harry Potter ou d’un Hunger Games, le but des héros de The Walking Dead et de The Path est qu’ils veulent prendre ou garder le contrôle d’un groupe. Par la force des choses, nous approuvons leur justification et prétextes, ce qui nous pousse par empathie à comprendre voire à encourager ces personnages dans leur démarche de prise de pouvoir ou du maintien de l’ordre.

Mais ce qui est le plus dérangeant dans ces séries qui ont le vent en poupe et qui va bien au-delà de la simple distraction télévisuelle, c’est ce doute mis dans la tête des téléspectateurs, à savoir qu’il est possible que la vérité soit dans de nouvelles sociétés avec des leaders qui ont connu des expériences mystiques : qu’Eddie porte véritablement le message de la lumière et que Rick doit être le chef absolu du monde des survivants. Que les groupuscules sont légitimes, que le véritable chemin spirit est possible (voir The leftovers que j’aurais pu facilement ajouter à l’article avec les même règles scénaristiques). Mais qu’en est-il du but de ces séries ? Nous faire réfléchir sur la dangerosité des mouvements sectaires ? De former des groupes pour survivre ou de nous isoler ? En tout cas, ces séries trouvent un écho favorable dans un monde anxiogène qui pousse les gens à se poser des questions dans leur rapport au monde. (voir également les films Take Shelter sur la paranoïa de l’imminence de la catastrophe et 10 Cloverfield Lane et la folie au goût survivaliste).

 

Aperçu
The Walking Dead VS The Path : deux histoires de gourous
Titre
The Walking Dead VS The Path : deux histoires de gourous
Description
Découvrez les points communs entre Rick Grimes et Eddie Lane les héros de The Walking Dead et de The Path.
Auteur

Laisser un commentaire

Derniers articles de Analyses

Aller en haut